Saint Seiya

Des armures, des hommes, des dieux... Venez incarnez qui vous voulez...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Erèbe, fils du Chaos

Aller en bas 
AuteurMessage
Erèbe

avatar

Nombre de messages : 61
Age : 28
Chevalier : Dieu Fleuve des Enfers
amoureux : Un certain Sagittaire
Loisirs : Faire des rimes, euh... voir sourire Aioros
Date d'inscription : 20/10/2007

MessageSujet: Erèbe, fils du Chaos   Sam 20 Oct - 15:51

IDENTITE :


Prénom : Érèbe

Age : physiquement 19 ans

Sexe : Masculin

Orientation sexuelle : Bisexuel

Dieu de : personnification de la partie la plus ténébreuse des Enfers



DESCRIPTIONS :


Description physique : 1,75 m et 70 kg. D’un air plutôt calme, Érèbe n’est pas un homme vers qui on irait parler en premier lieu. Offrant la sensualité et plus particulièrement la séduction dans chacun de ses gestes, ce dieu des enfers possède une fine chevelure de ténèbres, tantôt courte, tantôt longue, qui lui masque légèrement le visage. Du plus profond de ses yeux, l’on distingue un bleu sibérien, glacial à n’en plus pouvoir. De grandes et fines mains, son corps est athlétique, mais sans superflu, ce n’est pas utile, lorsque l’on est un dieu. Sa tenue préféré se résume rien. Il porte tout comme il porte rarement les vêtements où il se sent mal à son aise. Vêtu plutôt simplement, Érèbe reste un ‘‘homme’’ banal à priori. De visage fin, de lèvres discrètes et de nez pas trop grand, sa silhouette est longiligne à cause de ses vêtements souvent ample. Pour autant, il n’aime pas à se porter nu, que se soit chez lui ou chez des ‘‘amis’’. Relativement efféminé au niveau de son apparence de loin, il n’en reste pas moins très masculin, et à horreur qu’on se méprenne sur lui. Cachant souvent tout son Être par un long manteau de cuir noir, il préfère cette couleur à toutes les autres, et ne portera que rarement une autre, où alors elle se résumera au rouge du sang, et au bleu de la nuit (soit dit en passant, Nyx, sa sœur)

Description psychologique : D’un naturel très possessif, Érèbe n’est pas un homme qui porte une confiance aveugle au premier venu, encore plus si celui-ci s’avère être un fidèle d’Athéna. N’ayant jamais aimé cette femme, la personnification des Ténèbres né du Chaos, voue une haine constante envers ses chevaliers. Apportant son soutient au dieu même des Enfers, Hadès, Érèbe surveille de près les aller et venu des morts en son sein, les dirigeant. Il n’a jamais vraiment aimé le rôle qui lui fut assigné, mais en dépit de tout, s’y résolu. Depuis cet instant, il vouait une haine grandissante contre Zeus, cependant, s’il y a bien une chose qu’il aime par-dessus tout, c’est torturer les pauvres humains au service de la déesse de la guerre et de la sagesse. Plutôt frivole, Érèbe a aussi horreur de se faire marcher sur les pieds, à tel point qu’il éprouve un malin plaisir à rabaisser au maximum ceux qui ont tenté de le faire fléchir. On ne discerne que très peu ses réelles intentions, mais l’on peut sentir qu’il ne présage rien de bon. Il ne se fait pas nommer « l’Obscurité des Enfers » pour rien.

Autres : Lorsqu’il se bat, ce dieu appelle souvent un compagnon des Enfers qu’est un habitant de ceux-ci.



HISTOIRE :

Né du Chaos, frère de la nuit puis époux de celle-ci, Nyx, Érèbe fut transformé par Zeus, après avoir secouru les titans, en fleuve des Enfers. Après cela, il se disait même parfois être les Enfers même. On ne lui en tint pas rigueur, et l’on n’en sait que peu plus sur lui en rapport avec son passé avant qu’il ne reprenne forme humaine et retourne sur les terres des Hommes. Tout ce que l’on peu savoir de plus sur son existence de dieux quelque peu secondaire de la Grèce antique, est qu’il possède de sa sœur la Nuit, l’Ether (ou le Ciel Supérieur) ainsi que l’Héméra (le Jour).
[en gros se sont leurs enfants XD]

Après cela, c’est une part de mon imagination dont je vais vous faire part, ce pourquoi ce dieu fut prit, et pas un autre.

A son retour sur Terre, Érèbe tenta de comprendre les humains, et se rapprocha petit à petit de ceux-ci, sans même prendre garde à l’importance que cela pourrait avoir, et de se faire ou non reconnaître. Après tout, n’était-il pas un dieu ?
Presque camouflé par son long manteau, ce fut un soir que tout commença, un soir où la Lune était absente, et où les Ténèbres infernales régnaient. Il était à son avantage, dans son élément. Ce soir là, c’était le moment où les chevaliers allaient entrer dans leur plus grande bataille contre Hadès. Et bien tant pi, il ne l’aiderait pas, non ?
Ce n’était ni pour lui plaire ni même pour lui déplaire, mais il n’avait pas à se mêler des affaires du régent des Enfers abyssal. Aussi passa-t-il son chemin. Mais leur aura était trop imposante, et leur cosmos se faisait ressentir plus loin qu’il ne pouvait aller. Aussi laissa-t-il ses pas le mener jusque devant le sanctuaire. De là, il pu observer avec un malin plaisir ce qui se passer, et la mort du zodiaque. Il resta un temps à regarder le vide que cela avait pu faire sur la Grèce, mais rien de vraiment important.
Pourtant, un cosmos résidait dans les alentours, bien que loin du sanctuaire. Un cosmos qui lui faisait penser à un apprentissage bouddhique. Intrigué, Érèbe dirigea ses pensées vers cette personne, et bientôt se prit à aller dans cette direction.

C’est là qu’il aperçu un homme des plus banal, appuyer contre une table, un stylo en main, écrivant il ne savait trop quoi. Devant cet homme, il s’appuya pour relever son regard vers le sien. Il comprit alors en un instant qu’il s’agissait d’un réel fidèle de la déesse Athéna, et que celui-ci venait de percevoir la mort de son maître.
Un sourire machiavélique se posa sur le visage du dieu, lequel s’invita à cette table, et entamant une courte discussion. Des questions de civilité, de comment se porte-t-on, puis du sujet principal, ce qui l’a amené à être fidèle à Athéna. Il eu pour simple réponse, la rencontre avec le maître du jeune homme. Un soupir s’échappa des lèvres d’Érèbe, alors qu’il retint le poignet de l’élève fortement, jusqu’à le faire souffrir.
Affirmant qu’il pourrait peut-être jouer en la faveur de son maître pour faire revenir les douze et tous les autres chevaliers, Érèbe prenait en otage le cœur du jeune homme. Celui-ci laissa une lueur de désir traverser son regard. L’Obscurité des Enfers en ri intérieurement, avant de proposer cela à Nakajima, en lui demandant comme compensation son éternelle servitude et son cœur.
Le disciple de la Vierge ne comprit pas le sens de la dernière demande de cet ‘‘homme’’ selon lui, mais accepta, car prêt à tout, à cette époque, pour son cher professeur.
Le dieu eu satisfaction, et répondit à la demande du jeune humain, alors qu’il soit ou non pour leur nouvelle existence, les dieux leur auraient offert, pour les services rendu à l’humanité. Mais cela, qui peut le savoir ?

Après cet évènement, il resta si proche de Nakajima, que celui-ci perdit toute trace de sentiment, et devint plus calculateur qu’avant, faisant abstraction de tout, même de sa propre volonté, se soumettant alors si facilement. Pourtant, Érèbe ne lui avait jamais rien demandé de particulier, il l’avait juste « prit sous son aile ». Ce fut un peu plus tard qu’il lui donna son vrai nom et sa position de dieu. Nakajima comprit alors, et respecta cet homme, lui donnant dans ses pensées une vrai place de dieu, sans rien demander de spécial, sans rien changer à sa façon de se comporter avec lui. Après tout, n’était-ce pas cette même personne qui fit de lui ce qu’il était ?
Le frère de Nyx se trouva presque bête devant tant de simplicité de la part de son esclave. Car c’était ainsi qu’il voyait le pauvre Nakajima.

Il laissa vaguement Nakajima en paix pendant une année, lui redemanda ensuite de l’accompagner chez lui, où il lui apprit tout de la luxure en théorie, et où il lui indiqua tous les points faibles des Hommes, mais aussi, comment toucher leur cœur pour les utiliser après.
Il ne se doutait pas que ce n’était pas dans l’optique de son cher esclave. Il le voulait pour lui, ce jeune homme, rien que pour lui. Il possédait son cœur, il voulait aussi posséder son corps, sachant qu’après lui avoir voler ses sentiments, la première personne qui lui ferait ‘‘l’amour’’ serait celle à qui Nakajima vouerait un amour sans faille, et avec laquelle il se sentirait entier, et libre d’exprimer ses sentiments. En l’absence de celle-ci, le l’apprenti chevalier serait comme il l’a toujours été depuis l’intervention d’Érèbe.
Quelque part, ce dieu à emprisonner l’âme de Nakajima à la sienne, et l’élève de Shaka n’est pas libre de ses mouvements lorsque ce dieu se trouve sur Terre.

Après l’apprentissage de la luxure, Érèbe du repartir en Enfer, redevenir ce fleuve qu’il a toujours été, pour se reposer un instant. Il fallait penser, et voir comment évoluerait le bel apprenti lâcher complètement dans la nature sans sentiments.
Le voilà maintenant de retour pour de bon sur Terre, en Grèce, prêt à reprendre son du, toutes ces années perdu avec Nakajima. Mais ce qu’il ignorait jusque là, était que le jeune éphèbe, comme le nomme son amant, avait complètement perdu sa froideur.
Qu’à cela ne tienne, il le reprendrait à ce chevalier, quel qu’il soit, et de force sans regret. Le voilà donc en route pour reprendre cet homme qui lui revient de droit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shun
Admin
avatar

Nombre de messages : 118
Age : 30
Chevalier : Chevalier d'andromède
amoureux : d'Athéna et de... quelqu'un ^^
Date d'inscription : 21/04/2007

MessageSujet: Re: Erèbe, fils du Chaos   Sam 20 Oct - 21:26

fiche validée^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saintseiya.frbb.net
 
Erèbe, fils du Chaos
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arashkam, Le Fils du Chaos
» [Alona] Le Début de la fin... (Arrivée du Chaos)
» FLASH,ALIX FILS-AIME KITE BATO A
» Mercenaires du chaos vs gamines
» Haiti: Un chaos interminable (pour mieux comprendre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya :: Présentation :: Dieux-
Sauter vers: